Aller en Birmanie ( Myanmar ) ou pas?

Aller en Birmanie ( Myanmar ) ou pas?

source photo: Getty 

La question est récurrente et compliquée…réponse floue chez les uns, avis tranché chez d’autres. Le pays souffre beaucoup et encore aujourd’hui. Chacun est libre selon ses valeurs, ses convictions et sa façon de voyager d’y aller ou pas.

Article datant de 2012

 

Drogue, corruptions et guerres au Myanmar

Le Myanmar reste l’un des premiers producteur d’opium sur la planète et a également le taux le plus élevé d’enfants soldats au monde ! Pas moins de 70 000 enfants soldats seraient actuellement dans les rangs de l’armée Birmane, et bien sur recrutés de force dans les villages ou des familles pauvres. Les droits de l’Hommes ne sont clairement pas respectés en Birmanie, cela depuis plus de 60 ans de dictature, même si le régime s’est allégé, beaucoup de problèmes persistent.  De plus, certaines compagnies, dont le géant français Total aurait à l’époque profité du régime de la junte pour exploiter, déplacer et rendre à l’esclavage des populations locales , l’ONU avait dénoncé en 2010 ce scandale mais cela était resté sous silence de la plupart de nos médias. 

Un article ici, de libération : 
http://www.liberation.fr/monde/2010/07/05/total-accuse-de-complicite-d-assassinats-et-de-travail-force-en-birmanie_663916 


rangoon et centre

Il faut aussi savoir que le pays souffre d’un manque d’infrastructures pour le tourisme, bien que depuis 2012, cela semble ne plus être un problème de se loger sans réserver bien à l’avance ( surtout pour Bagan et Madalay ), il faut rappeler que certains hôtels ( souvent où le confort est bien supérieur à une guest house basique ) reversent une partie de leur bénéfice directement à la junte, sous forme de taxe. Et c’est la même chose pour les vendeurs qui ont une visibilité sur les principales voix touristiques, comme à Bagan. Cela nous à était confirmé par un Birman qui nous expliquait , que certaines boutiques de souvenirs reversaient un gros pourcentage aux militaires, ceux qui faisaient un bénéfice moindre, et qui n’avaient pas beaucoup de visites touristiques, eux apparemment ne reversaient rien à la junte. Il est donc aujourd’hui en 2014,  impossible de savoir où va votre argent, du moins une partie…

 Vue de la pagode de Rangoon

 

Ne croyez pas que depuis l’ouverture massif des visas, et l’afflux de touristes, que tout est rose là ou vous irez, même dans les villes que vous visiterez, le recours aux emprisonnements d‘opposants politique et au travail forcé de la population est encore fréquent. La police, elle, continue d’abuser de leur pouvoir. Certaines population comme les femmes Giraffes sont déplacées de force pour l’attractivité touristique, là encore à vous de choisir, une fois sur place, si vous voulez voir ces femmes et répondre aux invitations des guides. Vous pouvez trouver de l’information sur Info-birmanie.org qui se bat aujourd’hui quotidiennement pour dénoncer les abus en Birmanie.

http://www.info-birmanie.org/   

 

Le mouvement 969 en Birmanie

Wirathu, moine considéré comme extrémiste par certains et son mouvement 969 supposé être interdit, existe toujours. La dangerosité des discours de ce moine est à la hauteur de son influence réelle dans la société. En effet la communauté musulmane de Birmanie serait persécuté  par certains membres bouddhistes extrémistes faisant partie de ce mouvement radical. Certains parlent de génocides envers des minorités. Wirathu qui est à la tête de 969, a été emprisonné en 2003 pour avoir provoqué des émeutes contre des musulmans, mais a ensuite été relâché, durant l’année 2012, à la suite d’une amnistie générale. Il enchaîne des discours où il appelle clairement les birmans à s’allier à « 969 », à consommer dans des magasins tenus par des bouddhistes, et bien sur à boycotter ceux tenus par des musulmans. Des milliers de musulmans ont dû fuir leurs maisons à cause d’ émeutes à Sitwee et partout en Birmanie.

Ils restent aujourd’hui dans des camps de réfugiés. L’ancien quartier mulsulman de la ville de Sittwe, serait maintenant transformé en ghetto surveillé par des militaires. N’osant plus revenir chez eux, d’autres ont fuis le pays pour la Thaïlande. Selon le dernier bilan, les musulmans représenteraient 4% de la population du pays. 

 

rangoon and monks

Plus d’information ici: 
(anglais )http://en.wikipedia.org/wiki/969_Movement 

(article en francais )
 http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/birmanie-myanmar/2013-06-28-le-groupe-969-initiative-de-la-societe-civile-ou-manoeuvre-politique  

 

Visiter la Birmanie mais…

Vous pouvez faire le choix de visiter le pays, en privilégiant les restaurants de rues ( petits marchés et petits boui boui ), les petits stand d’alimentation, les marchés et les petites guest house, même si le confort est dérisoires…Pour la nourriture, ce n’est pas parce que vous allez dans un restaurant plus cher que vous ne risquez pas d’être malade, privilégier l’alimentation locale reste la meilleure solution et cela permet de faire vivre une minorité de personne et d’être au cœur du pays. Il faut reconnaître aussi que vous ne verrez que la partie visible de l’iceberg, puisque 1/3 du pays se visite aujourd’hui, le reste étant sous le contrôle militaire pour divers raisons ( guerre dans l’état kachin, trafics divers…).

Il faut également se poser des questions sur certaines absurdité dans le pays : Pourquoi nous avions du venir dans le pays en 2012 avec des dollars, qui sortent à peine de la planche à billet, propre, sans pliures, sans taches, sinon ils nous étaient systématiquement refusé aux changes. Sachez aussi que vous serez fiché de l’entrée à la sortie du pays…vous êtes dans un pays encore en parti, sous un régime militaire, ne l’oubliez pas, ce n’est toujours pas une démocratie mais bien une dictature.   

 

Documentaire: La dictature de l’absurde

Pour vous donner une idée de ce qu’était la Birmanie en 2011, finir cet article et rester dans le concept du site documenterre.com , je vous invite à visionner ce documentaire, réalisé par deux journalistes français : «  La dictature de l’absurde », documentaire de Gaël Bordier et Tristan Mendès.

Documentaire en Français:

 

Documentary in english

 

Making of

 

 

Article datant de 2012

Leave a Comment

close
Facebook Iconfacebook like buttonSubscribe on YouTubeVisit Our Blog